SMA fonce et contrôle en même temps. Le plan, pour l’instant, se déroule sans accroc.

BI Yann Riou
Le 13 novembre 2018 - 16h46

A un peu plus de 1100 milles de l’arrivée, Paul Meilhat est à la pointe du trident qui chasse le leader de la flotte Imoca, Alex Thomson. SMA fonce et contrôle en même temps. Le plan, pour l’instant, se déroule sans accroc.

Se rapprocher de Pointe-à-Pitre de trois cents milles par jour ne limite pas le jeu tactique, bien au contraire. Tandis qu’Alex Thomson caracole en tête, Paul Meilhat est calé au centre de l’échiquier, toujours en 2e position et est plus rapide que ses adversaires.
Un coup d’œil à droite ? 50 milles plus au nord et en retrait d’une trentaine de milles, Yann Eliès est parti se rapprocher du point où, classiquement, les bateaux empannent avant de pointer le nez vers la Guadeloupe.
Un coup d’œil à gauche ? 40 milles plus au sud, Vincent Riou tente de profiter d’un maximum de la puissance des alizés. Et, au cœur de l’échiquier, donc, Paul Meilhat additionne les bénéfices d’un positionnement intermédiaire et de vents d’est nord-est dont il tire la quintessence.

Difficile de dire si, parmi les trois, l’un met plus le moteur vélique en surchauffe que les autres. Mais les angles au vent des trois camarades du Pôle Finistère Course au large, assez ouverts, ne permettent pas aux foilers de donner leur pleine mesure. Pourtant, « les alizés sont toniques depuis deux jours, disait Paul ce midi dans sa vacation avec les collaborateurs de SMA. Et la mer est toujours cabossée depuis qu’on a empanné ». La nuit dernière, sur un autre angle, avec la houle qui venait plutôt depuis l’arrière du bateau, Paul a retrouvé suffisamment de confort pour dormir et gommer autant que possible les affres de ces neufs premiers jours de course.

En empannant à nouveau au réveil, le terrain de jeu est redevenu « cabossé », mais SMA file toujours bon train. « Les fichiers annoncent 20 nœuds, mais la réalité donne plutôt 23 nœuds. Plus on avance vers les Antilles, plus le vent tourne à l’est. Le but du jeu est de continuer ce grand tribord pour aller chercher le point de bascule qui permettra d’être quasiment ‘layline’ ». Comprenez proche de la route directe vers la destination suivante, à savoir la pointe nord de Basse-Terre, appelé la Tête à l’Anglais. Paul a aussi, et encore, progressé dans sa connaissance de SMA. Il a fini par trouver sa configuration de voiles optimale et profite à plein de la force des alizés. Ça fonctionne bien : ils n’ont été que quatre à se rapprocher de plus de 300 milles de l’arrivée au cours des 24 dernières heures.

Ecoutez la vacation du jour ci-dessous :

Toutes les actualités
Classement
Route du Rhum - Destination Guadeloupe
Podium
1
Paul Meilhat
SMA
2
Yann Eliès
UCAR - St-Michel
3
Alex Thomson
Hugo Boss

Derniers Tweets